Publications > Actualité > Violences faites aux policiers : qui est respon...

Violences faites aux policiers : qui est responsable ?

Unité Magistrats 9 octobre 2020

Violences faites aux policiers : qui est responsable ? - Syndicat Unité Magistrats

Face aux violences à l’encontre de l’autorité, UNITÉ MAGISTRATS SNM FO, seul syndicat Confédéré au Ministère de la Justice et premier syndicat de la Fonction Publique d'État interpellera le Ministre de la Justice, ce mardi 13 octobre 2020 lors d'une réunion de travail.


Suite à l’intolérable agression de deux policiers intervenue à Herblay-sur-Seine dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 octobre 2020, UNITÉ MAGISTRATS SNM FO apporte son entier soutien aux policiers gravement blessés lors d’une attaque ultra violente.
Il est inacceptable que les policiers continuent à intervenir dans des conditions qui mettent en jeu leur vie. Combien encore de blessés parmi nos forces de l’ordre ? Combien de vies brisées avant que l’on en revienne aux priorités ?


Mais quelles sont les vraies priorités du Ministre ?


Dès la nomination du nouveau Garde des Sceaux, UNITÉ MAGISTRATS SNM FO s’étonnait dans le climat de violence estivale, de l’absence de déclaration de politique pénale et de diffusion d’une circulaire rappelant combien il était indispensable de fluidifier le lien entre police et justice pour assurer le bon fonctionnement de la chaîne pénale. Police, justice, administration pénitentiaire en sont les maillons indispensables. (Contre le crime et la violence, la France demeure plus que jamais une zone à défendre, Marianne, Béatrice BRUGERE, 28 août 2020)


Depuis trois mois, UNITÉ MAGISTRATS SNM FO attend une circulaire de politique pénale du Garde des Sceaux condamnant les atteintes graves et les violences et plus particulièrement celles faites à l’encontre des policiers, des pompiers, des médecins et des infirmières. De tels agissements sont intolérables et justifient de la part du gouvernement, un plan d'action national. UNITÉ MAGISTRATS SNM FO interroge les raisons pour lesquelles le Ministre s’est contenté le 7 septembre 2020, d’une circulaire "relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement des affaires pénales les concernant". Les politiques seraient-ils pour le Ministre davantage prioritaires que les policiers, les pompiers, les médecins, les infirmières ?


Après trois mois d’attente, le Garde des sceaux diffuse le 1er octobre 2020, une circulaire de politique pénale dont on retiendra en priorité dans sa communication, la justice de proximité ( incivilités, raccourcissement des délais de traitement des procédures, TIG, délégués du Procureur…) agrémentée des rappels classiques de politique pénale. Ce texte révèle un inquiétant constat : celui d’une totale déconnexion avec la réalité criminelle de notre pays. La justice de proximité ne peut raisonnablement suffire à répondre aux enjeux d'une politique pénale adaptée aux nouvelles formes de violence. Elle ne peut se réduire à une communication politique désincarnée dès lors que les atteintes graves aux personnes dépositaires de l’autorité publique ou chargées d’une mission de service public ne sont pas une priorité.


Si la responsabilité des magistrats est l’une des priorités du Ministre, UNITÉ MAGISTRATS SNM FO attend que le Ministre prenne la sienne.


La politique pénale ne peut pas se faire que sur les plateaux télés, elle doit également se traduire par des actes.


UNITÉ MAGISTRATS SNM FO n’entend pas se contenter d’une réunion d’information mardi 13 octobre 2020 mais présentera au Ministre ses revendications et ses propositions.