Publications > Actualité > Retraites : Le temps du dialogue social

Retraites : Le temps du dialogue social

Unité Magistrats, Union Justice FO 8 janvier 2020

Retraites : Le temps du dialogue social - Syndicat Unité Magistrats

Lors de notre rencontre avec Mme la Ministre de la Justice le 18 décembre dernier, aux côtés des autres organisations syndicales membres de l’Union Justice FO, le principe d’une nouvelle réunion de concertation sur les retraites avait été posé pour le mois de janvier.

Pour autant, on peut légitimement s’interroger sur le sens et la portée de cet échange à venir dès lors que, sur le site intranet du Ministère de la Justice, sont d’ores et déjà mentionnées la date d’entrée en vigueur du nouveau dispositif ainsi que les tranches d’âge des personnels concernés. (voir en pièce jointe la lettre ouverte de l’Union Justice FO).

Nous ne voulons pas croire qu’une parodie de dialogue social qui, au demeurant, ne tromperait personne, servira d’alibi au passage en force d’une réforme inaboutie dont les conséquences sont inconnues voire occultées.

L’intervention de Mme la Ministre de la Justice dans les médias nationaux ce 7 janvier, laisse espérer qu’il y aura place pour les véritables négociations bilatérales que nous appelons de nos vœux et au cours desquelles nous défendrons les intérêts spécifiques des magistrats.

A cet égard, pour répondre à l’attente des propositions syndicales affirmée par Mme la Ministre de la Justice, UNITÉ MAGISTRATS se positionnera prioritairement sur la question de la pénibilité dont se désintéressent, par opportunisme ou par conviction idéologique, les autres organisations.

UNITÉ MAGISTRATS réclamera ainsi, une réécriture de l’article L 4161-1 du Code du Travail qui enferme aujourd’hui la reconnaissance de la pénibilité dans des critères infiniment trop restrictifs d’invalidité et d’incapacité.

Nous réclamons une approche non pathologique de la pénibilité qui prendra en considération les situations de travail usantes voire traumatisantes psychologiquement auxquelles à l’instar de bon nombre de fonctionnaires, les magistrats sont exposés.