Publications > Actualité > Pourquoi UNITE MAGISTRATS ne participera pas à ...

Pourquoi UNITE MAGISTRATS ne participera pas à la journée nationale d'action du 15 février.

Unité Magistrats 15 février 2018

Pourquoi UNITE MAGISTRATS ne participera pas à la journée nationale d'action du 15 février. - Syndicat Unité Magistrats

L’USM, le SM et le Syndicat des avocats de France (SAF) ont décidé d’appeler les magistrats à une journée d’action, le 15 février prochain, en « réaction contre les réformes qui s’annoncent ».

Il est surprenant que les deux syndicats, qui co-gèrent le ministère de la justice depuis 50 ans et ont participé aux consultations sur les Chantiers de la justice, s’émeuvent des intentions de réformes de la Garde des Sceaux avant même qu’elle ne les ait annoncées.

UNITÉ MAGISTRATS continue de participer activement aux discussions qui se poursuivent avec la Chancellerie. Notre syndicat est reçu aujourd'hui par la Garde des Sceaux avec l'UNION JUSTICE.

Les décisions ministérielles, sur des sujets fixés dès le lancement des Chantiers, n’ont pas encore été arbitrées.

L’immobilisme semble être le seul point de convergence des organisations qui appellent à ce mouvement d’action. Elles ne proposent, dans leur plateforme revendicative, qu’une vision figée de la Justice qui n’aurait d’autre effet que de la soustraire à toute réforme véritable :

  • Quel est le projet d’avenir porté par la plateforme revendicative du 15 février ?
  • Suffit-il d’élargir l'accès à la justice sans s’interroger sur la saturation des juridictions ?
  • La solution aux problèmes des justiciables est-elle dans un monopole des avocats pour les défendre devant une justice devenue illisible ?
  • Faut-il continuer de s’arc-bouter sur une organisation judiciaire usée jusqu’à la corde, en refusant toute adaptation à un monde qui, au cours des 40 dernières années, a lui-même profondément changé ?
  • Quelles sont les propositions pour améliorer les conditions de travail des magistrats, exténués sous la charge des contentieux de masse et écrasés par le poids de la hiérarchie et des exigences statistiques?

Si les sujets de mécontentement ne manquent pas, le reproche qui peut être adressé aux Chantiers de la justice est leur manque d’ambition, qu' UNITÉ MAGISTRATS n’a cessé de critiquer.

Il faut refonder la justice et non plus la réformer.

En 50 ans de syndicalisme co-gestionnaire ou idéologique, quelles avancées ont obtenu la Justice et les magistrats ? Quel projet d’avenir les syndicats majoritaires qui ont successivement occupé les cabinets ministériels selon les alternances politiques, ont-ils été capables de construire ?

Refusant de s’associer à une aventure sans lendemain qui ne repose que sur une entente de façade, le syndicat UNITÉ MAGISTRATS persiste dans la voie qu’il s’est fixée.

Dès le lancement des Chantiers, nous avons fait largement savoir au gouvernement qui croyait pouvoir remettre la Justice sur pieds en six mois, que la méthode pour une refondation de la justice n’était pas la bonne.

Nous avons demandé, au contraire, que soit lancée la rédaction d’un grand Livre blanc de la justice et de la sécurité, suivi d’Etats Généraux. Nous n’avons pas été suivis par les organisations qui manifestent aujourd’hui bruyamment, sans avancer la moindre proposition de réforme.

La Garde des Sceaux semble avoir pris conscience au fur et à mesure de l’évolution de ses Chantiers, des innombrables blocages et insuffisances du système judiciaire. Les besoins de réforme vont bien au-delà des aménagements marginaux.

L’ampleur des problèmes mérite mieux qu’une journée d’action, qui ne sera qu’une nouvelle occasion pour les acteurs judiciaires qui parlent au nom de la justice, de se replier sur un même refus de la négociation.

Tout au long des consultations sur les Chantiers, notre syndicat n’a cessé de rappeler la nécessité d’un vrai projet d’ambition pour la Justice en développant nos propositions.

C'est pourquoi :

UNITÉ MAGISTRATS a décidé d'utiliser tout le temps de la concertation pour défendre vos intérêts, garantir une protection statutaire conjuguée à une véritable politique de ressources humaines.

UNITÉ MAGISTRATS militera jusqu'au bout pour un projet ambitieux pour la Justice.

UNITÉ MAGISTRATS, membre de la première organisation syndicale de la fonction publique (FGF) sera reçue à MATIGNON pour défendre le statut des magistrats.

UNITÉ MAGISTRATS appelle à participer à la journée de mobilisation du 22 mars pour la défense du statut de la Fonction Publique.