Publications > Actualité > Egalité femmes-hommes : vrais engagements ou dé...

Egalité femmes-hommes : vrais engagements ou déclaration d'intentions ?

Unité Magistrats 23 janvier 2018

Egalité femmes-hommes : vrais engagements ou déclaration d'intentions ?  - Syndicat Unité Magistrats

L'appel à candidature de la Garde des sceaux diffusé aux magistrats par la DSJ sur un poste de haut(e) fonctionnaire à l'égalité Femmes-Hommes au sein du ministère de la justice en emploi hors hiérarchie est ouvert jusqu'au 22 janvier 2018 à minuit. 

Première étape -espérons-le- d'une volonté de portage plus affirmé d'une politique publique d'égalité entre les hommes et les femmes à l'égard de laquelle, notre Ministère accuse par rapport aux autres ministères, un retard conséquent dans sa mise en oeuvre.

Les missions décrites dans le profil de poste traduisent les priorités définies par notre Ministre. Elles rejoignent (pour partie) celles pour lesquelles notre syndicat s'est toujours engagé.

La gestion des ressources humaines dans la magistrature est l'une de nos priorités. Celle de la carrière des femmes, un sujet majeur de nos préoccupations.

Notre syndicat a été fréquemment sollicité au cours de l'année 2017 pour enrichir les réflexions et a soutenu avec conviction, l'urgence d'actions concrètes.

Nous avons notamment :

  • Contribué en mai 2017 aux auditions de l'Inspection générale de la justice sur sa mission relative à la féminisation des métiers du Ministère (note en pièce jointe). A cette occasion, nous avons démontré que la féminisation de la magistrature s'accompagne d'une sous-représentation des femmes dans la hiérarchie et les postes de responsabilité. Aussi, avons nous sollicité des réformes profondes de notre organisation judiciaire et de la gestion des ressources humaines de la justice, en dénonçant la sclérose de notre système et l'obsolescence de son management. 
  • Participé en juin 2017, au déjeuner-débat organisé par Acteurs Publics sur "La parité dans la haute fonction publique" dont l'invitée d'honneur était Madame Véronique Bédague-Hamilius, ancienne directrice de cabinet de Manuel Valls et actuelle secrétaire générale de NEXITY. Nous avons partagé ses constats de l'intérêt d'une mixité sur les postes à hautes responsabilités "pour ne pas passer à côté de belles candidatures féminines", d'une plus grande agilité et d'une plus rapide capacité à prendre les décisions et à les mettre en œuvre dans le secteur privé que dans le public, à charge pour nous, de savoir utilement s'en inspirer...
  • Assisté en décembre 2017 à l'Assemblée générale de l'association "Femmes de Justice" au cours de laquelle, la présentation du rapport de l'IGJ a posé des pistes intéressantes de recommandations sans pour autant en garantir l'effectivité à court et moyen terme, ni véritablement convaincre de l'évolution positive sur l'accès des femmes aux postes à responsabilité.
  • Cette priorité est consacrée dans les missions du futur haut fonctionnaire à l'égalité femmes-hommes qui entrera en fonction en mars 2018, au même titre que celles concernant l'accession à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale et de la déclinaison (enfin!) au sein du Ministère de la justice, du protocole du 8 mars 2013 sur l'égalité entre les femmes et les hommes, qui pour rappel, a été co-signé par notre Confédération.
  • Nous soutenons ces objectifs et appelons plus globalement, à une refonte de nos pratiques RH au sein du ministère qui aujourd'hui, se limite à inscrire une croix sur un tableau de desiderata.

2018 devra être l'année de la programmation stratégique du déploiement de l'égalité entre les femmes et les hommes, déclarée par Emmanuel MACRON "grande cause nationale du quinquennat".

En sa qualité de membre du Conseil Économique, Social et Environnemental, notre Secrétaire Générale, Béatrice BRUGERE, est associée au "Tour de France de l'Egalité" qui a pour double ambition de recueillir la parole des citoyens sur l'égalité entre les femmes et les hommes au quotidien, les difficultés rencontrées et les solutions possibles, et de mobiliser les acteurs de terrain en diffusant les bonnes pratiques, en relevant les dysfonctionnements et en faisant émerger les dispositifs innovants. Nous participerons à l'Assemblée plénière du 23 janvier prochain, en présence de Madame Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, et nous contribuerons ainsi, par l'élaboration de la résolution du CESE, à la future annonce du Président de la République du plan d'action quinquennal à venir.

Liste des fichiers associés

Feminisation_de_la_justice.pdf