Publications > Actualité > Egalité femmes-hommes : vrais engagements ?

Egalité femmes-hommes : vrais engagements ?

Unité Magistrats 20 septembre 2018

Egalité femmes-hommes : vrais engagements ?  - Syndicat Unité Magistrats

La nomination le 1er juin 2018, par la Garde des Sceaux, de la haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes a réjoui notre syndicat, qui avait dans son communiqué du 11 janvier dernier, soutenu cet appel inédit à candidature.

Déclarée grande cause nationale par le Président de la République, l’égalité femmes-hommes se devait d’être incarnée au sein du Ministère de la Justice, par un profil de poste à la hauteur de ses enjeux, et par une fonction exercée, pour la première fois, à temps plein.

UNITÉ MAGISTRATS s’est, depuis plusieurs années, donné les moyens d’investir le champ de l’égalité femmes-hommes en portant la voix de l’urgente nécessité d’intégrer cette dimension au sein de notre ministère, par l’application du protocole du 8 mars 20131, afin de rattraper notre retard.

Notre syndicat a été reçu le 10 septembre, par Madame Isabelle ROME, nouvelle haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes.

Chargée de mettre en œuvre la politique du ministère de la justice en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, Madame ROME nous a présenté les quatre objectifs fixés par la Garde des Sceaux, qui sont au centre de ses missions :

  • Améliorer l’accès des femmes aux plus hautes responsabilités, et les objectiver par un bilan sexué des nominations.
  • Parvenir à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, en déclinant notamment le protocole du 8 mars 2013.
  • Veiller à une plus grande féminisation des titres, grades et fonctions dans le cadre de la lutte contre les stéréotypes.
  • Renforcer la mixité des métiers au sein du ministère et l’attractivité des fonctions de magistrat pour les hommes.

Cette feuille de route nous semble correspondre globalement aux fortes attentes tant des magistrats que des fonctionnaires. La nouvelle haute fonctionnaire nous a exposé sa démarche interactive et transversale, pour porter son projet avec force et détermination.

Lors de cet échange, nous avons évoqué les difficultés vécues par nos collègues, telles que nous avons pu les constater lors de nos nombreuses visites effectuées ces derniers mois dans les juridictions, notamment, la mobilité imposée, le célibat géographique, la surcharge de travail incompatible avec la vie familiale, le mésusage des temps partiels, le déroulé de carrière… Nous avons pu apprécier l'attention apportée par Madame ROME à ces problématiques dont certaines résultent de la féminisation du corps.

Nos propositions d’amélioration sur des axes prioritaires ont été considérées avec intérêt : favoriser la mobilité fonctionnelle par rapport à la mobilité géographique, valoriser les congés parentaux dans la carrière, promouvoir la carrière par un nouveau mode de transparences, permettre l'anticipation de l’organisation familiale et professionnelle par la publication des postes vacants et garantir de véritables temps partiels…

UNITÉ MAGISTRATS fonde de sérieux espoirs sur la dynamique impulsée par les missions confiées à la haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes.

En effet, l’occasion estenfin donnée d’avoir une vision stratégique, en associant étroitement la dimension de l’égalitéà l’amélioration des conditions de travail et d’évolution de carrière, par un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Nous espérons que le Ministère de la justice prendra toute la mesure des ambitions en conférant des moyens conformes aux enjeux, en cohérenceavec la mise en place concomitante d’une véritable politique de ressources humaines pour les magistrats, que notre syndicat a appelé de ses vœux.

 

1 Pour rappel, le protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique du 8 mars 2013 décline différentes mesures sur 4 axes : 1er axe : Le dialogue social, élément structurant pour parvenir à l'égalité professionnelle ; 2ème axe : Rendre effective l'égalité entre les femmes et les hommes dans les rémunérations et les parcours professionnels de la fonction publique ; 3ème axe : Pour une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie personnelle ; 4ème axe : Prévenir de toutes les violences faites aux agents sur leur lieu de travail et lutter contre le harcèlement sexuel et le harcèlement moral.